L’Economie de l’Afrique de L’Est

L’économie de l’Afrique Orientale a poursuivi son évolution impressionnante de taux de croissance avec une moyenne de 6 pour cent de croissance en 2011 et un PIB de 83 milliards de dollars cette année. Toutefois, les données sur le revenu par habitant pour l’année 2011 montrent des différences intra-régionales importantes entre le revenu par habitant du Burundi de 271 $ et celui du Kenya de 808 $.

L’Afrique de l’Est a élargi la valeur de ses échanges totaux, de 8,2 milliards de dollars à 45,8 milliards en 2011, passant ainsi à 37,5 milliards de dollars en 2010. Les importations continuent de dominer le commerce de la région. La croissance des importations de 6,5 milliards de dollars en 2011 a été responsable de 79 pour cent de l’expansion du commerce total de la région et 72 pour cent du commerce total de cette année. Bien que les exportations aient augmenté de 1,76 milliards de dollars, elles représentaient seulement 21 pour cent de la croissance du commerce de cette année et seulement 28 pour cent du total des échanges de la région en 2011, le plus bas depuis 2005. 18 milliards de dollars, la valeur des cinq principales importations de l’Afrique de l’Est en 2011 était plus de deux fois plus grande que la valeur 7 milliards de dollars de ses cinq principales exportations. Les cinq produits d’exportation les plus importants de l’Afrique de l’Est peuvent à peine payer sa facture de carburant.

L’Afrique de l’Est a attiré les investissements étrangers directs (IED) de 3,9 milliards de dollars en 2012, une hausse de 1,8 milliards de dollars par rapport à 2,6 milliards en 2011. Avec un apport total combiné de 3,4 milliards de dollars, les deux principaux pays riches en énergie, l’Ouganda et la Tanzanie, ont reçu 90 pour cent des flux d’investissement dans la région. En plus de l’attrait du secteur des industries d’extraction, d’autres investisseurs en Afrique de l’Est ciblent les consommateurs régionaux et nationaux dans les soins de santé, les services financiers et la production de ciment.

En 2011, la région a reçu 8,3 milliards de dollars déboursés nets totaux d’aide contre 7,9 milliards de dollars en 2010, et représente 18 pour cent de l’aide totale des flux de l’Afrique subsaharienne pour 2011. L’Ouganda et le Rwanda ont connu des réductions de l’aide en 2012. Cette année a
également connu un changement dans la répartition de l’aide par les donateurs au détriment des pays les plus pauvres, vers les pays à revenu intermédiaire. Ce sont des signes que la baisse des flux d’aide à la région pourrait bientôt être une caractéristique forte de ses relations économiques avec les pays donateurs.