Sur l’Inclusivité et l’Equité

Deux moteurs puissants façonnent l’avenir de l’Inclusivité et de l’équité en Afrique de l’Est. L’un est l’inclusivité de la croissance – une mesure de combien les Africains de l’Est les plus pauvres participent à la croissance économique. La deuxième force motrice est le degré d’équité, qui décrit comment les bénéfices de la croissance économique sont partagés entre les citoyens de la région,et en particulier la part des revenus et des richesses qui revient aux Africains de l’Est les plus pauvres.

La perspective du «Gagnant Rafle Tout» décrit un avenir dans lequel les plus pauvres seront exclus de participer au processus de croissance en Afrique de l’Est. Une économie basée sur l’extraction et l’exportation de pétrole, de gaz, des métaux précieux et des produits agricoles non transformés leur fournit peu de possibilités. En outre, la richesse matérielle et financière des régions n’est pas seulement concentrée entre les mains d’un petit nombre, relativement, de personnes riches, mais la disparité s’élargit considérablement au cours du temps comme les pauvres reçoivent une portion décroissante du revenu en pleine expansion. En conséquence, la majorité des Africains de l’Est vivent dans des conditions de privation et de désespoir, tandis que quelques privilégiés jouissent d’un style de vie somptueux mais rempli de peur.

La perspective de Corruption Sociale décrit un avenir possible dans lequel beaucoup est promis aux plus pauvres de la région et, à priori, livré. Mais, en réalité, elle contribue peu pour améliorer leur bien-être. Il s’agit de l’illusion d’une prospérité croissante basée sur l’expansion de la consommation de commodités modernes alimentée par la dette. La participation des gens dans l’économie est récompensée avec des salaires qui sont supprimés juste assez pour protéger les marges bénéficiaires, mais pas assez pour anéantir leur pouvoir d’achat. Les plus pauvres consomment un peu plus, mais ne rattrapent jamais les plus riches de leurs compatriotes. En effet, l’écart de richesse continue de se creuser progressivement mais inexorablement.

La perspective de Transformation Sociale souligne un avenir dans lequel la stratégie économique sous-jacente de la région change son orientation extérieure suite à une manifestation dirigée par la jeunesse qui étouffen l’économie régionale à ses points les plus vulnérables. La résolution de la
crise tourne la politique économique vers l’intérieur pour alimenter la demande intérieure, soutenir un écosystème de chaînes de valeur locales afin de répondre à la demande croissante et améliorer les compétences des Africains de l’Est ordinaires. À sa base réside un effort délibéré pour s’attaquer directement à l’inégalité de front, et ceci suppose un leadership Est africain reconçu et revitalisé. En guise de conclusion, pour que le processus d’intégration régionale atteigne son objectif fondamental d’améliorer la qualité de vie des Africains de l’Est, l’augmentation de commerce,

l’investissement, la compétitivité et la valeur ajoutée ne représentent qu’une face du récit. Aborder les dimensions sociales de l’amélioration du bien-être par la réalisation d’un plus grand degré d’intégration promouvant l’équité doit être la deuxième et tout aussi importante face du récit de
l’intégration régionale de l’ Afrique de l’Est.

La façon dont les perspectives d’intégration régionale, la stratégie et l’exécution de l’Afrique de l’Est aborde les défis du changement économique structurel, la sécurité alimentaire pour les enfants et la qualité de leur éducation, pourront façonner la manière dont l’inégalité évolue dans le futur. «Les travaux de routine » vont garder le statu quo fermement en place. Le fait de mettre l’accent et d’accélérer le programme de croissance risque d’endommager encore plus le tissu social fragile qui détient les africains de l’Est ensemble.

Seule une stratégie délibérée et déterminée à former vraiment Un Peuple à partir de trois groupes d’Africains de l’Est – les 10 pour cent qui forment les plus riches, les 40 pour cent qui forment les plus pauvres et la majorité qui reste au milieu – a de bonnes chances de conduire à Un Destin qui soit la destination vers laquelle tous voyagent.