Données

Sources de Données et Méthodologie

Les données utilisées dans ce rapport proviennent d’une variété de sources, y compris
les publications par le bureau des statistiques de chaque pays concerné, les institutions
multilatérales, les organisations internationales non gouvernementales, les
organisations de recherche et les fondations. Ce sont toutes des données secondaires,
disponibles dans le domaine public et la plupart d’entre elles ont été obtenues sur
Internet. Nous avons eu accès à d’autres sources grâce aux consultations personnelles
et aux entretiens menés par l’équipe de recherche de SID. La section sur la référence
contient les détails complets des sources utilisées dans ce rapport.

LES CONSIDERATIONS SUIVANTES ONT GUIDE LE CHOIX DES SOURCES UTILISEES POUR LES DONNEES

La Cohérence entre les sources et le temps

L’État de l’Afrique de l’Est 2013 fait partie d’une série de rapports sur la région est suit « l’État de
l’Afrique de l’Est 2012. » Bien qu’il soit différent de ses prédécesseurs ce rapport, vise à examiner
les tendances qui se sont manifestées dans le contexte de l’inégalité et de l’équité au cours du
temps dans la région.

Ce rapport fait un effort particulier pour utiliser les mêmes sources de données que celles utilisées
dans l’édition 2012 qui basait la plupart de ses sources sur le rapport de 2006. Seules les données qui
pourraient être obtenues à partir de la même source au cours du temps ont été utilisées. Cependant,
il y avait des obstacles à surmonter. Certaines sources de données contenaient des données pour
tous les Etats partenaires de la Communauté d’Afrique de l’Est, à l’exception du Burundi. À certains
moments, quand les données sur le Burundi étaient disponibles, elles étaient périmées. Les données
sur l’investissement étranger direct de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et Le
développement (CNUCED) ont été également incompatibles par rapport à d’autres moments.

Par exemple, le rapport de la CNUCED 2012 a des chiffres très différents que le rapport de la
CNUCED 2011, en particulier dans les années où elles devraient rester les mêmes. Les chiffres de
2009 en Tanzanie sont différents comparativement aux rapports de la CNUCED 2011 et 2012. En
raison de ces divergences, SID a estimé qu’il était nécessaire d’adopter le rapport de la CNUCED
2013 et d’utiliser ses chiffres pour les années précédentes, à savoir de 2009 à 2012.
Le SoEAR 2012 a utilisé le rapport 2011 des Faits et Chiffres du Secrétariat de la CAE, afin de
mettre à jour les données que le rapport de la CAE (2012) allait utiliser.

Il y avait d’autres problèmes qui ont entravé certains aspects de cohérence tels que les
exportations et les importations entre les États partenaires de la CAE provenant du Rapport 2012
des Faits et Chiffres du Secrétariat de la CAE. Toutefois, après un examen supplémentaire, il y
avait des divergences dans le temps entre les deux rapports en ce qui concerne l’exportation et
l’importation des années antérieures à 2011. SID a dû prendre une décision relative à ce cas et a
décidé d’utiliser le rapport le plus récent disponible et d’apporter des modifications aux années
précédentes.

SID estime que la méthodologie et l’intégrité des rapports de l’EAC, la CNUCED et d’autres
institutions sont solides. Bien que cela se traduise par quelques écarts qui remettent en question
certains points de données de la SoEAR 2012, SID estime que l’utilisation de l’information la plus
récente disponible défend l’intégrité de la SoEAR 2013.
La Comparabilité entre les pays

Autant que possible, les données ont été obtenues à partir de la même source entre les pays. Cela
afin de s’assurer que l’indicateur était bien défini, capturé et mesuré de la même manière pour tous
les pays pour que des comparaisons puissent être effectuées avec un degré de confiance élevé.
Cependant, sur les quelques occasions où les définitions nationales ont été fournies (pour les seuils
de pauvreté, d’inégalité ou de chômage), ce rapport a utilisé celles-ci pour faire des comparaisons
entre pays.

Certains défis que SID a confronté ont surgi lorsqu’il s’agissait de comparer les données des
Enquêtes Démographiques et Sanitaires (EDS), ce qui sert à fournir de bons indicateurs et des
données pour les indicateurs à travers les quintiles de richesse. Dans ce sens, le Burundi n’a
bénéficié que deux EDS, l’une réalisée en 2010 et l’autre en 1987. Par conséquent, il était difficile de
comparer le Burundi avec d’autres pays en utilisant les EDS.

L’Accent mis sur les « Grandes » Tendances

De nombreuses sources de données et d’informations ont été utilisées dans ce rapport. Dans
certains cas, des sources différentes ont signalé des chiffres différents pour le même indicateur,
à la même période et pour le même pays. Ce rapport met l’accent sur le message important que
portent ces données en comparant les pays les uns par rapport aux autres, ou en analysant les
tendances que révèlent les données au cours du temps.

Le processus de collecte de données de recherche a eu lieu entre janvier et juin 2013 afin de
maximiser sur les dernières données disponibles. Les dernières données disponibles ont été
utilisées, mais les restrictions des sources de données signifient que les informations ne sont
pas toujours mises à jour et parfois n’existent pas. Les données sont présentées sous une forme
graphique ou de tableau pour faciliter la visualisation, la comparaison et l’interprétation.
Il est à noter que les statistiques ne peuvent pas saisir toute la richesse d’une communauté,
d’un pays ou d’une région. En reconnaissance de cette limitation, le rapport donne une couleur,
une perspective et une nuance supplémentaire sur la région en insérant des analyses et des
commentaires provenant des universitaires, des chroniqueurs et chercheurs clairvoyants.